La peur de te perdre

En lisant un article de Oryan J’attends… , j’ai eu envie d’écrire ce p’tit post.

Nous remontons au 20 juillet 2013, jour de mon anniversaire [mes 30 balais], nous étions en vacances dans les Landes [non je ne suis pas toujours en vacances] et voilà le jour de la fameuse prise de sang. Que je redoutais. Et bingo! Positif. [Tu fûs le plus cadeau que la vie a pu m’offrir avec ton frère].

Avec du recul, ce jour-là c’est un peu comme si nous avions gagné au loto. En tout cas, à défaut d’avoir l’euromillion, j’avais gagné mon ticket vert pour une grossesse.

Première écho, on voyait tes p’tits membres, deuxième écho ton p’tit coeur battait. 

Mais je n’étais toujours pas rassurée, à l’affût du moindre signe.

J’avais peur de me réveiller de mon rêve et qu’il se finnisse en cauchemard.

Malgré les échos, malgré les visites j’avais peur. Jamais sereine.

Ce jour-là où nous t’avons rencontré, entre hâte et peur de te perdre. Je n’ai pas souhaité te prendre dans la seconde qui suit dans mes bras. Pas que je ne t’aimais pas non loin de là mais j’avais besoin qu’on me dise c’est bon son apgar est parfait, il respire bien, son coeur bat bien.

Je n’ai pas réussi à pleurer de joie, tellement que j’avais peur.

Tu as été un peu la mascotte de notre miniscule hôpital local. Car dans cette maternité très peu de maman ayant des enfants par fiv accouche ici.

Les premiers jours, les premières semaines tu as senti que tu étais réellement désiré et il fallait que tu sois toujours dans ton landau à côté de nous. Comme si toi aussi, tu ressentais ce besoin comme nous.

Bientôt 3 ans, j’ai toujours peur que la vie m’arrache ce qu’elle m’a donné.

Depuis que tu es , et avec ce parcours j’ai pris concience qu’il fallait que je profite de chaque seconde de toi. A te sentir, à jouer, à t’aimer.

A toi mon monstre, 

Publicités

6 commentaires sur « La peur de te perdre »

  1. Tu sais, même sans passer par la pma, c’est une réaction que j’ai eu …. l’année précédent la conception de mon fils aîné j’ai fait une fausse couche, à la seconde échographie de mon second fils on m’a dit « le bébé est beaucoup trop petit, il va falloir que vous reveniez chaque semaine, pour que l’on surveille », et rebelote pour ma troisième grossesse …. jusqu’au bout, jusqu’à j’ai eu peur ….

    Aimé par 1 personne

      1. Oula, ça c’est clair, on devient plus émotive 😉 mais je te rejoins dans ta réflexion, mon premier enfant est né l’année de mes 30 ans … y’a peut-être effectivement un stress lié à l’âge … l’insouciance dont dont tu fais état 😊

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s