Le carrefour de la vie

Hier, je vous parlais de ma forminable grande boss et de sa vue pathétique sur mon parcours PmaLa femme qui n’aimait pas les bébés- cliquez ici si tu veux lire ce récit surréaliste. 

Tu as déjà eu cette sensation d’être à un carrefour où tu ne sais pas quelle décision prendre?

J’ai déjà eu dans ma vie cette sensation plusieurs fois quand en 2009, j’ai dû faire ce lourd choix, celui de protéger ma chair.Les blessures de l’âme – cliquez ici si tu veux connaître l’histoire de ce pervers narcissique qui m’a volé un morceau de ma vie.

En 2013, alors que j’embrassais une excellente carrière, mon magasin a fermé du jour au lendemain me laissant sans emploi. J’ai dû faire ce choix, prendre cette lourde décision. Au fond de moi, je savais que celà aurait des conséquences pour le reste de ma carrière. C’est vrai concevoir un bébé éprouvette alors que je n’avais même plus d’emploi. J’étais retournée sur les bancs de l’école pour obtenir mon diplôme de ARH. Mais il a fallu se rendre à l’évidence, peut-être que le temps de retrouver un emploi de retrouver de la stabilité, la conception n’aurait plus été possible. Tout est beaucoup plus compliqué avec ce parcours.

J’ai fait ce choix à ce carrefour. Après avoir eu ce p’tit garçon, les portes se sont fermées, aux entretiens les employeurs étaient gênés de cet enfant de quelques mois et représentait plus un fardeau pour eux. Même si j’étais l’une des meilleures de ma promotion. Même si j’avais tout pour moi, de nombreuses compétences, une fille multitâches.

J’ai fais ce choix de prendre ce simple poste, car à vrai dire personne ne voulait de moi. 

C’est un peu décevant. Comme à mon habitude je me suis adaptée. C’est eux qui sont content car mes compétences vont au-delà de leurs espérances, leur permettant de me déléguer une multitude de tâches aussi rébarbative les unes que les autres. Mais soyons honnête, il faut bien quelqu’un pour les faire. L’école de la vie – cliquez ici- si tu veux connaître ce quotidien auprès de mes ados.

Alors, même si j’ai sacrifié ma carrière, non je ne regrette pas. Non jamais, car c’était la plus belle chose qui pouvait m’arriver.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s